Varanus salvator salvator

LA MAINTENACE DU VARANUS SALVATOR

 

Le varan aquatique ou varan malais provient d'Asie, il peut approcher les trois mètres pour un poids pouvant varier de 30 à 40 kilos, bien que les individus de plus de deux mètres soient rares.

La coloration est le vert olive à noir avec des ocelles jaunes sur le dos qui ont tendance à disparaître à l'âge adulte ainsi que  des bandes également jaune sur les côtés, la face ventrale et sur la queue. Sa peau est granuleuse. Comme la plupart des grands varans, il est costaud et musclés, ses doigts sont terminés par des griffes acérées.

Je maintiens un exemplaire dans un terrarium de 220 x 200 x 120 cm (longueur x largeur x hauteur), le sol est composé de copeaux de bois sur une épaisseur de 7 cm. Au sol est disposé une grosse souche d'arbre ainsi qu'un grand bassin d'eau changée quotidiennement. Une cachette en bois est également présente afin que le varan se sente en sécurité. Sous la cachette, j'ai installé un cable chauffant de 50 watts pour les périodes les plus froides car son terrarium est dans la pièce d'élevage de mes reptiles et est creusé à même le sol. Pour le chauffage, c'est celui de ma pièce qui est utilisé, j'ai donc une température de 27° à 28°c en journée, avec un point chaud de 33°c sous un spot de 75 watts. La nuit la température avoisine les 20°c.

Le varan malais apprécie énormément l'eau d'où son second surnom de varan aquatique, il n'hésite pas à y rester plusieurs heures. Le bassin est également chauffé à l'aide d'un cable chauffant de 50 watts placé sous celui-ci pour que l'eau soit à une température variant de 25° à 27°c. De plus, je vaporise le substrat de son terrarium pour augmenter l'hygrométrie au moins une fois par jour afin d'éviter que le varan ne se déshydrate.

Dès son acquisition, si c'est un jeune exemplaire, il sera très nerveux, n'hésitant pas à courir à travers tout dans son terrarium, cherchant la moindre opportunité pour s'échapper. Donc lors de la fabrique du terrarium, il faut bien surveiller qu'il n'y ai aucunes fissures quelconques surtout au niveau des vitres si l'on met l'ouverture en façade car le varan essayera de forcer de passage même s'il doit se blesser le museau. Se comportement changera en grandissant, il se calmera et pourra même être familier avec le soigneur, bien évidemment, la prudence sera toujours de rigueur vu la corpulence et la force de ce varan. Je rappelle tout de même qu'il est très proche du varan de komodo, donc impressionnant.

Lorsqu'il était juvénile, je le nourrissais trois fois par semaine avec des grillons, criquets, souriceaux, petites souris, scampis épluchés, œufs de cailles cuits durs. Maintenant, il est sub-adulte et je lui présente une seule fois par semaine, souris, jeunes de rats, bâtons de surimi, morceaux de poissons (pas de poissons rouge), œufs de cailles cuits durs, ainsi que des ailes de poulets. Une fois adulte, il sera nourrit comme mon salvadorii de rats, cuisses de poulets, cailles, œufs de poules, et poissons tels que truites.

Hormis la dimension de ce varan, il ne pose aucun problème de maintenance, pouvant parfaitement s'adapter à la vie en captivité. Bien évidemment, après mûre réflexion, seules les personnes parfaitement compétentes pourront en faire l'acquisition.

 

Flandroit Patrik