Gekko gecko

L'ELEVAGE DU GEKKO GECKO

Couramment appelé « gecko tokay », ce gecko vient du Sud-est de l'Asie.

Sa tête est de forme triangulaire avec de gros yeux globuleux, quant à ses pattes, elles sont terminées par des doigts munis de lamelles adhésives lui permettant de se déplacer sur des vitres disposées verticalement. La coloration de son corps est gris bleuté avec des taches rondes, rouges ou orangées. C'est le plus grand des geckos, sa taille avoisine les 35 centimètres. Ce gecko émet un cri perçant dont le son est « tokay » d'où son nom.

Dans le passé, j'ai maintenus un couple dans un terrarium en verre de 80 x 50 x 40cm (hauteur x largeur x profondeur), seule la vitre faciale était libre, les autres parois étaient recouvertes de bouchon de chêne liège, de grosses écorces étaient disposées contre et servaient d'abris. Des branches éparpillées dans le terra sur lesquelles étaient fixées des plantes artificielles terminaient la décoration. Le sol était constitué de tourbe blonde sur une épaisseur de quatre centimètres, une petite coupelle d'eau était présente et changée quotidiennement. Etant un lézard territorial, il faut absolument introduire les animaux en même temps, chacun choisira alors une cachette. Si l'on veut rajouter un individu plus tard, peu importe le sexe, des bagarres s'en suivront, il faudra alors retirer le dernier arrivant.

La température de jour était de 27°c  avec un point chaud à 32°c sous un spot de 40 watts. La nuit, elle était ramenée à 20°c.  Je faisais une pulvérisation par semaine sur le décor.

Ayant lu dans « Le guide du terrarium » de Gilbert Matz que le tokay affectionnait l'intérieur des habitations et qu'il était même considéré comme porte-bonheur, en 1985, lorsque j'ai quitté la maison de mon enfance pour vivre dans ma demeure, j'ai décidé de lâcher mon couple de gecko en totale liberté dans celle-ci. Le mâle à choisit la cuisine comme territoire, l'arrière du frigo servant de cachette et la femelle le salon, elle se cachait la journée derrière le canapé. Au total, je les ai gardés 15 ans dont près de 10 hors d'un terrarium. Se qui m'a le plus frappé c'est que lorsqu'ils se trouvaient en terrarium, je n'entendais jamais le cri du mâle, par contre 6 mois après avoir retrouvé « la liberté », le mâle à commencé à pousser son cri et je peux vous dire que j'en étais ravi. Au sujet de ce livre, il y est dit que c'est lorsque ce lézard est inquiété qu'il pousse son cri, personnellement, j'aurais plutôt tendance à dire qu'il le pousse lorsqu'il se sent bien car même s'il était dérangé, se n'est pas à ce moment qu'il « criait ». Actifs dès le crépuscule, c'est là que je pouvais les voir se balader sur les murs, la lumière et le bruit de la télévision ne les gênant nullement. Avec le temps, ils finissaient même par s'habituer aux mouvements de l'homme et ne cherchaient plus à fuir lorsqu'ils nous apercevaient.

Au niveau reproduction, je n'ai jamais réussi à les reproduire en terrarium et lorsqu'ils étaient dans la maison, je n'ai jamais assisté à des accouplements, normal, derrière les meubles (rire), par contre j'y avais découvert trois à quatre  pontes par an, les œufs ronds étaient par groupes de deux. La coquille est dure et de couleur blanche. Se qui n'est pas très courant chez la majeure partie des lézards est que la femelle protège ses œufs avec férocité, ouvrant largement sa gueule et n'hésitant pas à mordre fortement. La durée d'incubation variait de 110 à un peu plus de 150 jours (les œufs avaient été pondus près d'une source de chaleur). Seuls quelques jeunes sont arrivés à naître, probablement dû à un environnement trop sec. Ils ont été élevés dans un petit terrarium.

Nous sommes en 2009 et je viens de relâcher un jeune couple dans la maison depuis quelques temps. Il  se trouve dans le salon, le mâle à choisit de prendre possession de l'arrière d'un meuble, quant à la femelle elle se cache  derrière le canapé. Je tiens à préciser que ma maison est chauffée à 25°c toute l'année.

Pour la distribution de nourriture, un hobby box est installé contre un mur et le soir j'y mets des grillons, chenilles, araignées, souriceaux. Des sauterelles sont quant à elles proposées au bout d'une pince, vous comprendrez pourquoi (je n'ai pas envie de voir gambader ces insectes chez moi). Quant aux excréments ils ne les font jamais à l'emplacement de la cachette mais toujours au même endroit lorsqu'ils commencent à sortir de leurs abris, il suffit de trouver cet endroit (rire). Un petit bol d'eau est à la disposition des lézards une fois par semaine. Mais dans le temps, il m'arrivait de voir mes anciens geckos venir lécher des gouttes d'eau restées dans l'évier de la cuisine.

Point de vue caractère, c'est un animal agressif qui n'apprécie pas d'être dérangé, et si on veut l'attraper, gare aux doigts (rire), c'est probablement pour cette raison qu'il n'est pas commun de le trouver auprès des terrariophiles. Personnellement j'apprécie tout particulièrement ce lézard.

 

Flandroit Patrik