Naja annulifera

LA MAINTENANCE DU NAJA ANNULIFERA

dsc-0044.jpg

 Son ancienne appellation était Naja haje annulifera mais des scientifiques en on fait une espèce à part entière Naja annulifera. Personnellement j’ai une tendance à toujours le caser dans les Naja haje annulifera, le temps fera son œuvre. Son nom commun est le cobra annelé, une petite précision s'impose, il faut savoir que l'on trouve également des spécimens non annelés mais ressemblant plutôt à un Naja haje.

Sa provenance est l’Afrique, principalement au Mozambique, Zimbabwe, Botswana et la Zambie.

Sa taille varie de 2,10 mètres à 2,50 mètres pour les plus grands exemplaires. Vu sa taille, il fait partie  des plus grands cobras du continent  africain. Son corps est parcouru par 7 à 9 anneaux jaunâtre, bien souvent ils seront au nombre de 9. La couleur de fond est le brun olive avec des reflets violacés assez beaux. Malheureusement en vieillissant ils perdent leurs belles couleurs et on une tendance à ternir.

Maintenu en couple il doit être installé dans un terrarium de grande taille, j’ai donc opté pour un bac de 180 x 60 x 50 cm (longueur x profondeur x hauteur). Si l’on choisi un terrarium de type « hygiénique » (je dirai plutôt facile à nettoyer), on pourra y installer des journaux bien scotchés ensemble pour éviter que les serpents fassent leurs excréments en dessous. Des copeaux de bois coupés finement pourront être aussi utilisés, ceux pour rongeurs feront très bien l’affaire, dans ce cas, le terrarium devra être nettoyé quotidiennement afin d’éviter des soucis bactériens ou encore propagation de champignons ou moisissures.  Ce serpent n’ayant pas de préférence type, il apprécie l’humidité comme un sol aride, si l’on choisi un terrarium de type esthétique, un sol se composant d’un mélange de tourbe blonde et de sable fin (20%) peu très bien lui convenir. Comme tous les Elapidés, le cobra annelé ne fait pas exception, se sont des serpents sales qui font énormément d’excréments si bien évidemment ils sont nourris correctement. Racines et rochers termineront la décoration. Une chose à ne pas oublier, une cachette sous une écorce, un bol retourné muni d’un trou ou encore une boîte de fabrication artisanale également munie d’une entrée pour que les serpents se sentent en parfaite sécurité. Je laisse un bol d’eau deux fois par semaine, ce dernier sera retiré une fois vidé ou sali.

La température du terrarium en journée sera comprise entre 27 et 29 degrés. Un point chaud sous un spot peut être envisagé, il avoisinera les 32°c mais ne sera pas obligatoire. Le soir, 22° c suffiront largement.

Le cobra annelé a la réputation d’être « con » dans son comportement, il ne faut toutefois pas négliger que c’est un serpent réputé dangereux. Il est rapide et s’il se sent menacé n’hésitera pas à charger déployant son gros capuchon, gueule béante, il cherchera à mordre. Vu sa taille conséquente, ses mouvements pourront se faire très rapidement.

Une hibernation de deux mois sera effectuée entre 15 et 18°c, pour y arriver, on diminuera la température tous les trois jours de quelques degrés. Lors du réveil, on pratiquera inversement. Les accouplements pourront alors débuter.

La venimosité : Son venin est neurotoxique et cytotoxique. Lors d'une morsure sur l'homme, on constate : une rougeur extensive  suivie de petites cloques ainsi qu'une nécrose pouvant s'installer, œdème local voire étendu mais douloureux après deux ou trois jours,  nausées, vomissement, diarrhées explosives, douleur abdominale, ptôsis, palpitation cardiaque,  hypotention artérielle, hallucinations pouvant perdurer trois à quatre jours, raideur dans les muscles, paresthésie ou perte de sensibilisation d’un membre même opposé à la morsure (pas nécessairement le membre qui a subi la morsure), neuropathie périphérique (la douleur des nerfs peut-être très douloureuse voire insupportable), convulsions, problème d'élocution, paupières tombantes, difficulté d’ouvrir les yeux, difficulté respiratoire (dyspnée pouvant aboutir à une intubation), épanchement pleurale (apparition d'eau dans le poumon), somnolence, perte de connaissance voire comas pour un cas grave.

La neuropathie périphérique peut-être définitive ! (cas vécu)

 

 Flandroit Patrik