Dendroaspis polylepis p.

L'ELEVAGE DU DENDROASPIS POLYLEPIS POLYLEPIS

 

Le mamba  noir vient d'Afrique centrale et du Sud, sa taille peut atteindre voir dépasser deux mètres, des animaux avec des dimensions comprises entre trois et quatre mètres ont déjà été constatées. Sa coloration est le noir avec des reflets brun foncé.

Un couple adulte était maintenus dans un terrarium de 200x50x100 cm (longueur x largeur x hauteur), le décor était constitué de branches tortueuses solidement fixées sur les parois, quelques plantes artificielles y étaient attachées, le sol était simplement constitué de journaux. Une trappe box était installée dans un coin supérieur du terrarium et une autre posée à même le sol, elles pouvaient être fermées de l'extérieur avant toute ouverture du terra. Un bol d'eau y était laissé en permanence et changé quotidiennement.

Contrairement à se que l'on pense, le mamba noir est essentiellement diurne et terrestre mais si l'on installe des branches dans son terra, il n'hésitera pas à s'en servir, il est territorial et extrêmement agile.

La température de jour était de 27° à 28°c avec deux points chaud à 30°c sous les spots. La nuit, celle-ci variait de 18° à 22°c (18°c en hiver et 22°c le reste du temps). Pendant la mauvaise saison, je ne faisais pas d'hibernation, seule la température nocturne était différente comme indiqué précédemment.

La nervosité du mamba noir est légendaire et je peux certifier que c'est totalement légitime. Mon mâle mesurait 210 cm et je peux vous dire qu'un serpent de cette taille qui je jette devant vous sur les vitres d'un terrarium et bien c'est très impressionnant. S'il se sent menacé, il déploie un petit capuchon à la manière des cobras, gueule ouverte, il n'hésitera pas à mordre. Ma femelle plus petite, environ 180 cm, était quant à elle légèrement plus calme. Lorsque je devais ouvrir le terrarium pour soit nettoyer, soit nourrir les animaux, je devais vérifier que les deux serpents se trouvaient bien dans les trappes box et les enfermer dedans. Malheureusement, tout comme mes mâles angusticeps, le mâle polylepis n'allait que très rarement dans la boîte sécurisée et restait bien souvent lové sur le fond du bac ou sur une branche. Pour pouvoir agir en toute sécurité, je m'assurais que la femelle était dans l'une des boîtes et l'y enfermait, quant au mâle, j'ouvrais légèrement le terrarium et y jetais une dizaine de souris. Une fois terminé son repas, il allait fort heureusement se réfugier dans l'autre boîte, je l'y enfermait également. Pour nourrir la femelle, je déposais les proies sur le sol puis ouvrais sa boîte. Une fois son repas terminé, elle faisait de même que le mâle, retournait dans sa boîte.

Une fois les deux serpents enfermés, je pouvais ouvrir le terrarium et le nettoyer. Le seul danger pour moi était l'ouverture du terrarium pour donner les proies au mâle, il arrivait très souvent que le serpent était si près des vitres, tout énervé à mon approche de son terrarium que je ne savais pas  l'ouvrir, je remettais donc cette manœuvre au lendemain. Vous pouvez comprendre pourquoi j'ai stoppé l'élevage de cette espèce au bout de cinq ans. C'est à mes yeux un serpent beaucoup trop nerveux et imprévisible, de plus, trop de complications pour s'occuper d'eux. Le danger étant trop présent à mon goût. Il n'est pas si simple de se dire « il y a des trappes box donc je ne risque rien », faut-il encore que les serpents y aillent à l'intérieur. Je ne le répéterais jamais assez, la dangerosité de se serpent est un facteur important si l'on veut maintenir cette espèce et je le déconseille FORTEMENT aux débutants.

La nourriture était donc composée de souris et parfois de jeunes de rats ainsi que de poussins.

J'ai eu l'occasion de les reproduire une seule fois, l'accouplement avait eu lieu au mois de juin et au début du mois de septembre, la femelle a pondu 11 œufs qui ont été incubés dans une couveuse faite maison à une température de 28°c. Près de trois mois plus tard, la totalité des jeunes à été une réussite. Une fois mués, ils ont été placés individuellement dans de petits tupperwares, sept d'entre eux se sont nourris de souriceaux vivants déposés sur le sopalin, quatre ont été gavés avec des souriceaux morts durant un mois et demi puis ils se sont nourris seuls (bonjour les sueurs froides !). Tous mes jeunes étaient super agressifs.

La venimosité : Venin hautement neurotoxique. Lors d'une envenimation, on constate : Hyper sécrétion bronchique, sensation d'étouffement, hyper sialorrhée, apparition de larmes dans les yeux, myosis, hypersudation, diarrhée, vomissements bilieux, crampes épigastriques, trouble du muscle contrôlant l'orifice anale, clonies, trismus, paralysie, picotements de la face et de la nuque dans la première heure, dilatation de la pupille et la lumière devient insupportable, trouble de la voix et de la déglutition, faiblesse des membres, suppression totale des réflexes superficiels et profonds, augmentation des contractions du muscle cardiaque avec à forte concentration un arrêt de la contraction du cœur, coma et mort.

Le mamba noir provoque une mort rapide, le déroulement des symptômes est fulminant et la mort est rapide si il n'y a pas une thérapie urgente et adéquate.

 

Flandroit Patrik