Crotalus viridis viridis

L'ELEVAGE DU CROTALUS VIRIDIS VIRIDIS

 

Le crotale vert  des prairies se trouve aux Etats-Unis ainsi qu'au nord du Mexique.

De couleur gris verdâtre, avec des taches foncées sur le dos, la queue  possède des anneaux noir et blanc comme les Crotalus atrox. Pour différencier un mâle d'une femelle, il suffit de regarder le nombre d'anneaux de la queue, si ce nombre est élevé, il s'agira d'un mâle.

Sa taille varie de 90 à 130 cm pour les plus grands exemplaires, sachant que les femelles sont souvent plus petites que les mâles.

Un couple adulte est maintenu dans un terrarium de 100 x 50 x 50 cm, le sol est constitué de journaux, de la tourbe blonde peut également être utilisée, quant à la décoration, elle est simple et consiste en une racine, quelques rochers et une boîte pour qu'ils puissent s'y réfugier. Un bol d'eau est déposé dans un coin du bac et laissé en permanence, bien évidemment, cette eau est changée régulièrement. Une pulvérisation d'eau tempérée est réalisée quotidiennement car le crotale des prairies apprécie une légère humidité (60 à 70%). Il faut s'assurer que le terrarium soi bien ventilé.

La température de jour est de 27°c avec un point chaud à 32°c sous un spot de 40 watts, la nuit elle se situe entre 18° et 20°c. Il se maintient admirablement bien en captivité, pouvant même supporter des températures très basses de jour comme de nuit. J'ai remarqué que mon couple ne se met pas sous le spot, préférant la partie la plus fraîche du terrarium.

Ce crotale jouit d'une mauvaise réputation, en début d'acclimatation il est en effet très agressif, se mettant en position de « S », la tête relevée et penchée vers le bas (position de défense typique de la plupart des serpents à sonnette) faisant sonner son grelot à tout va, ensuite il n'hésite pas à se lancer dans les vitres, cherchant à mordre le soigneur.  Lors de manipulations, il faut être très prudent d'autant plus que son venin est grandement nécrosant. Fort heureusement, il se manipule sans trop de difficulté au crochet de contention.

La nourriture consiste en souris, jeunes rats ou rats adultes suivant la taille du serpent. Elle est distribuée une fois par semaine sauf pendant l'hibernation et en fin de gestation, cela coule de source.

Je réalise une hibernation entre novembre et fin janvier, pour se faire, la température ainsi que la lumière sont diminuées graduellement jusqu' à obtenir 18°c et le terrarium est plongé dans l'obscurité. Pour le réveil, je pratique inversement. Les accouplements commenceront vers le mois de mars ou avril  lorsque les serpents se seront nourris plusieurs fois. Si le couple est séparé, il arrive fréquemment que les mâles cherchent à s'accoupler dès le premier contact avec la femelle, même sans s'être nourrit. Quatre à cinq mois plus tard, la femelle arrivera à terme de sa gestation et mettra au monde des jeunes aux nombres variant de cinq à une quinzaine. Ceux-ci mesureront de vingt à trente centimètres et se nourriront le plus souvent seuls de petits souriceaux ou de très petites souris. Parfois le gavage sera nécessaire si certains jeunes refusent de s'alimenter seuls, se qui est très rare.

La venimosité :  Le venin de ce serpent est cytotoxique, hémotoxique et extrêmement nécrosant, lorsqu'un accident arrive, on constate : fièvre, douleur locale, nausées et vomissements à répétition, tremblement, transpiration à profusion, picotements au niveau du visage, vision floue, difficulté de parler, hyper salivation, œdème extensif et pouvant couvrir les trois quart du corps, rougeur à l'endroit de la morsure, démangeaisons, cloques et nécrose extensive apparaissent rapidement. Il peut également survenir une perte de connaissance.

 

Flandroit Patrik