Crotalus ruber ruber

L'ELEVAGE DU CROTALUS RUBER RUBER

 

Le crotale diamantin rouge habite en Amérique, plus précisément en Californie. Sa taille adulte varie de 130 à 140 cm, rarement plus grand. Sa coloration va du rouge clair à rouge foncé voir brun, pigmenté de petites tâches blanches. Sa queue est blanche annelée de noir tout comme le Crotalus atrox dont il est très proche.

Je possède un trio composé de deux mâles et d'une femelle. Ils sont installés dans un terrarium de 160x50x50 cm, le sol est composé de journaux (momentanément). Une racine et quelques pierres plates terminent la décoration. J'ai également mis à leur disposition une cachette sous forme de boîte munie d'une seule entrée. Ne les possédant que depuis peu, je vous parlerais donc d'un couple que j'ai maintenu dans le passé.

Le substrat était constitué d'un mélange de tourbe blonde 50% et de sable fin 50%, sur lequel était disposés : une cachette suffisamment grande pour les accueillir tous les deux ainsi que quelques pierres plates.

La température du terrarium varie entre 25°c et 30°c ramenée la nuit aux alentours de 20°c. Aucune pulvérisation n'est faite dans le terrarium car tout comme le Crotalus atrox, et vivant lui aussi dans un milieu aride le crotale diamantin rouge n'apprécie nullement l'humidité.

La nourriture est constituée de souris adultes, puis jeunes rats pour terminer par des rats adultes suivant l'évolution de la croissance.

Aux alentours du mois de décembre, les serpents étaient mis en hibernation à une température comprise entre 17°c et 20°c, pour cela, le couple était  installé séparément dans des caissons avec comme sol des journaux, pas de bol d'eau pour l'hibernation. Ces boîtes étaient installées dans un local prévus pour le repos hivernal.

Fin janvier début février, le couple était remis dans leur terrarium, je remontais les températures progressivement, les accouplements commençaient entre février et mars. La mise bas quant à elle, se déroulait quatre mois plus tard, c'est-à-dire vers le mois de juillet. Les jeunes étaient  au nombre de 8 à 12. Une fois la première mue effectuée (quelques jours après la naissance), ils étaient nourris de souriceaux morts présentés au bout d'une pince. Si les jeunes refusaient  le repas, je présentais des souriceaux vivants qu'ils acceptaient de suite. Plus tard des souriceaux fraîchement sortis du congélateur seraient à nouveau présentés.

La venimosité : Le venin de ce serpent est cytotoxique et hémotoxique.

Lorsqu'un accident arrive, on constate : fièvre, douleur locale, nausées et vomissements à répétition, diarrhées, tremblement, transpiration à profusion, picotements sur le visage, difficulté de parler, œdème extensif, rougeur à l'endroit de la morsure, démangeaisons, ecchymose, cloques et nécrose apparaissent, insuffisance rénale grave. Il peut également survenir une perte de connaissance.

 

Flandroit Patrik