Crotalus basiliscus basiliscus

L'ELEVAGE DU CROTALUS BASILISCUS BASILISCUS

 

Le crotale vert mexicain  nous vient d'Amérique centrale, essentiellement de la côte ouest du Mexique.

C'est une espèce de très grande taille car les animaux de plus de deux mètres ne sont pas rares. Personnellement, j'admire cette espèce de serpent pour sa prestance et surtout qu'il en impose de par son gabarit!

Son caractère est calme mais il peut frapper fortement et rapidement,  lorsqu'il se sent menacé il se love sur lui-même, déploie son cou en « S », soulève la partie antérieur du corps, la queue est à la verticale et son bruiteur sonne très fort, il darde sa langue. Se sont les prémices d'une attaque imminente.

Quand  besoin en est de le manipuler, c'est avec difficulté, en effet, ce crotale est long (de 150 à 180 cm), et très lourd, deux crochets de manutention sont ici bien utile, mais le meilleur  moyen de le prendre est de pratiquer le « tailing », il s'agit de le soulever avec un crochet et de se servir d'une main en le saisissant par la base de la queue, ici la prudence est multipliée car le contact avec l'animal est direct. Si l'on a pas acquis assez d'expérience avec ce genre de gros crotaliné, je suggérerais de les installer individuellement dans un grand terrarium pour la facilité d'entretient car l'on ne doit surveiller qu'un exemplaire à la fois lors d'une manipulation.

Pour info, lorsque je dois extraire un animal de son bac de maintenance pour y faire de l'entretient, je le met dans une cuve avec un couvercle qui se visse ceci pour ma sécurité.

Ce serpent n'est pas très apprécié des terrariophiles car c'est un animal imposant pouvant dépasser six à sept kilos, de plus sont venin injecté en grande quantité est extrêmement dangereux. Ces crochets à venin mesurent près de trois centimètres et lorsqu'il ouvre sa gueule, le spectacle est assez impressionnant.

Je maintiens un trio d'adultes composé d'un mâle et de deux femelles dans un terrarium de 200x50x100 cm, comme substrat, j'utilise des journaux (facilité d'entretient), mais le sable fin pourrait tout aussi bien convenir puisque ce serpent à sonnette vient principalement des régions arides. Le décor est simple, deux cachettes sous forme de grandes boîtes pouvant servir également de palier (le serpent peut aller dans sa boîte ou au dessus), ceci afin d'augmenter la surface et de permettre aux serpents de se trouver sur une hauteur, là ou la température y est plus élevée (un spot de 100 watts étant installé au dessus d'une des cachettes), une grosse écorce de chêne liège formant un tunnel et pouvant également servir d'abri termine la déco.

La nourriture se compose de rats adultes (2 à 3 par repas) ou de petits lapins de 1 à 2 kilos (1 par repas), celle-ci  est  distribuée  tous les quinze jours, parfois, mensuellement, tout dépend de la saison. Comme ce serpent reste bien souvent immobile, il se dépense très peu en énergie. Je leur met un bol d'eau une fois par semaine que je retire en  fin de journée ou une fois vidé.

La température du terrarium est de 28°c avec un point chaud de 33°c, ramenée entre 19 et 22°c pour la nuit.

Si l'on veut qu'ils se reproduisent, il faut leur faire un repos hivernal d'au moins deux mois (octobre et novembre),  pendant ce temps, ils ne sont pas nourris et leur température avoisine les 18 à 20°c, ils sont installés dans un terrarium ne recevant aucune lumière. Pour ce faire, le temps de luminosité est diminué d'une heure tous les deux jours, la température est abaissée de deux degrés tous les trois jours.

L'accouplement se déroule vers le mois de décembre et les petits au nombre de 10 à 15 naissent vers le mois d'août. En règle générale, mes serpents s'accouplent entre septembre et décembre. Pour exemple, un accouplement à eu lieu le 18 septembre 2008, les 19 bébés sont nés le 29 juillet 2009.

Dès la naissance et après la première mue ils sont nourris de gros souriceaux, voir de souris dites  « sauteuses ». De temps en temps, le gavage est nécessaire pour les premiers repas.

La venimosité :  Venin cytotoxique, hémotoxique et neurotoxique. Injecté en grande quantité.

Pour un crotaliné, il a la particularité d'avoir également des effets neurotoxiques importants, se qui le met dans la catégorie des serpents très dangereux pour l'homme, au même titre que les Elapidés.

Lors d'une morsure, l'on constate : nausées et vomissements, diarrhées, œdème, étourdissements, maux de tête, fièvre, démangeaisons, pétéchies, méléna, bronchospasme, ecchymose phlyctènes et nécrose extensive, hémorragie, hypotention, brachycardie, forte salivation pouvant amener à un étouffement, insuffisance rénale, des problèmes de coagulation peuvent survenir, difficulté respiratoire, collapsus cardio-vasculaire, coma. Assistance respiratoire souvent nécessaire.

 

Flandroit Patrik