Crotalus atrox

L'ELEVAGE DU CROTALUS ATROX

 

Le crotale diamantin de l'Ouest vient d'Amérique du nord (principalement au Texas) et du Mexique. Sa taille varie de 120cm à 140 cm, les exemplaires plus grands sont rares. Sa couleur est le gris, brun clair à brun foncé, des losanges blanchâtres parcourent le corps. Le bout de la queue est blanc annelé de noir. Petite astuce pour reconnaître le sexe de ce crotale, si le bout de la queue possède beaucoup d'anneaux, se sera un mâle. Pour être plus précis, si la queue est longue se sera un mâle.

Je tiens à dire, et ceux qui me connaissent le savent, j'affectionne tout particulièrement cette espèce. Pourquoi, .... là est la question mais je pense que pour moi c'est « Le » crotale par excellence!!
Bref je possède des atrox depuis 1987 et je peux vous dire que je connais ce serpent sur le bout des doigts...  (certains comprendront) !!
Personnellement j'ai pu constater qu'il est  le plus résistant à détenir en captivité en comparaison avec d'autres espèces de crotales.

La dimension du terrarium pour un couple est de 100x50x50 cm (longueur x profondeur x hauteur), pour un trio, je les installe dans un bac de 160x50x50 cm. Mes atrox sont installés sur des journaux (vu la taille des excréments) c'est plus facile pour le nettoyage du bac de maintenance !
Le décor y est réduit au plus simple afin d'avoir toujours un oeïl sur les serpents, il est constitué d'une cachette facile d'accès ainsi que d'une pierre et d' une grosse racine.
Aucune pulvérisation  dans le terrarium ni sur les animaux car il ne supporte pas l'humidité mais j'y met un bol d'eau hebdomadairement pour qu'il puisse s'abreuver et je le retire une fois vidé.

La température est de 27°c à 30°c le jour et de 20 à 24°c la nuit (selon la saison).
Je fais un repos hivernal de trois mois (entre décembre et mars) pour une température variant entre 17 et 19°c. La distribution de nourriture est stoppée un mois avant le début de l'hibernation.

Lorsqu'il se sent menacé, il se love sur lui-même, déploie son cou en « S », soulève la partie antérieur du corps, la queue est à la verticale et son bruiteur sonne très fort. Il est alors en position de défense et prêt pour se détendre et mordre. S'il est réellement en colère, sa langue reste sortie, là son taux d'agressivité est au maximum. Son attaque est rapide, puissante et précise. En se jetant en avant gueule largement ouverte et ses crochets à venin son projetés bien en avant en direction de l'intrus, une fois mordu, ou même s'il n'a pas réussit, il se remet de suite dans la même position et peut refaire à nouveau son attaque si c'est nécessaire.

Entre fin novembre et début février c'est l'hivernage, pour se faire,  je sépare les serpents et les installe  dans de grands caissons, puis je les mets dans une pièce prévue pour l'hibernation.  Evidemment, lorsque je commence mon hibernation, je diminue de plus ou moins deux degrés tous les 3 ou 4 jours. De même pour le réveil, j'augmente mes températures de la même façon. Petit détail, pas d'eau de boisson pour l'hibernation, je retire la boisson une fois les 20°c atteints.
Les femelles sont réveillées en premier, remisent en terrarium, puis, elles sont  nourries une à deux fois. Une dizaine de jours plus tard, je réveille les mâles qui eux ne sont pas nourris.

En février les mâles sont placés individuellement dans un terrarium pendant une semaine, le temps d'y laisser une bonne odeur, puis on introduit une femelle, et hop le bal peut commencer. La tête du mâle saccade de plus en plus, les queues s'entre mêlent et oups c'est l'accouplement.
Le mâle introduit son hémipénis dans le cloaque de la femelle.... mais ça vous connaissez (rire...).
Un accouplement a duré près de 38 heures, et oui ça arrive. Si la femelle mue pendant la période des accouplements, j'ai constaté que le mâle est plus excité.

Environ 5 à 6 mois plus tard les bébés arrivent, ils sont au nombre variant de 10 à une trentaine. Et se nourrissent sans problème dès la première mue. INUTILE DE GAVER !!
Evidemment, comme j'en avais marre d'avoir des bébés d'atrox j'ai arrêté d'hiberner mes adultes. Et bien les bougres,  ils se sont encore  accouplés. J'ai dû euthanasier les jeunes car trop nombreux. Maintenant, je limite mes accouplements en séparant les adultes.
Ceci pour vous dire que c'est une espèce très facile à élever et prolifique! Une chose que j'ai pu remarquer, lorsqu'il n'y avait pas eu de repos hivernal, les jeunes étaient au nombre de 5 à une dizaine, mais toujours bien formés.

La venimosité :  Le venin de ce serpent est cytotoxique, hémotoxique, parfois nécrosant, lorsqu'un accident arrive, on constate : fièvre, douleur locale, nausées et vomissements à répétition, tremblement, transpiration à profusion, picotements au niveau du visage, vision floue, difficulté de parler, hyper salivation, œdème extensif et pouvant couvrir les trois quart du corps, rougeur à l'endroit de la morsure, démangeaisons, cloques (phlyctènes) et nécrose peuvent apparaître mais pas systématiquement, risque de syndrome des loges. Il peut également survenir une perte de connaissance. Attention au choc anaphylactique.

 

Flandroit Patrik