Boiga dendrophila dendrophila

L'ELEVAGE DU BOIGA DENDROPHILA DENDROPHILA

 

Le serpent des mangroves vit en Asie du Sud et en Indonésie. C'est une couleuvre opistoglyphe (crochets à venin sillonnés dans le fond de sa mâchoire), sa taille est relativement grande, pouvant approcher deux mètres cinquante.

Sa couleur est le noir brillant avec des reflets bleu et des anneaux jaune vif, parfois blanc. Son corps est de forme triangulaire.

Juste pour information, je tiens à signaler que tout comme la grande majorité des serpents d'importation en provenance  d'Asie, ceux-ci arrivent chez nous bien souvent fortement parasités et donc en bien mauvaise santé. Dans ce cas on passera au déparasitage,  malgré cela, il y aura beaucoup de perte. Par contre, les animaux issus de naissances en captivité sont eux en parfait état et conseillés lors d'une future acquisition.

Son terrarium doit être plus haut que long, je maintiens un couple installé individuellement dans un terrarium de 60x60x100 cm (largeur x profondeur x hauteur). Ils sont séparés afin d'éviter le cannibalisme car cette espèce a des tendances  ophiophage. Même si les boïgas sont de taille identique, la prudence est de rigueur. Ils ne sont mis ensemble que pendant la période d'accouplement, bien évidemment, pendant ce lapse de temps, ils sont bien nourris. Mais malgré cela, en février 2007, j'en ai fait les frais. Quand je suis entré dans ma pièce, la femelle était occupée d'engloutir le mâle sur une longueur  de septante centimètres et ce, une quinzaine de jours après s'être accouplées. J'ai tout de même réussis à récupérer le mâle sans problème et celui-ci vit toujours.

Comme substrat, j'utilise des copeaux de fibre de hêtre sur une épaisseur de plus ou moins 4 centimètres. Plusieurs branches sont solidement fixées sur les parois et une boîte avec une ouverture installée en hauteur sert de cachette. Des plantes en plastique sont fixées sur les branchages. Sur le sol, je dispose une écorce de chêne liège sous laquelle il se cache parfois. Un récipient d'eau est laissé en permanence et changé tous les jours. Une pulvérisation journalière d'eau tempérée est effectuée afin d'obtenir une hygrométrie de 70 à 80%.

Le Boiga dendrophila dendrophila est exclusivement nocturne, une fois la nuit tombée, il sort de sa cachette pour parcourir son terrarium. Paisible en journée, il devient très agressif la nuit venue, à ce moment là, il devient impossible d'ouvrir son bac sans esquisser une attaque. Le serpent prend alors une  position menaçante en forme de « S », le premier tiers du corps relevé et la gueule grande ouverte, puis frappe en direction du soigneur. Si l'on souhaite le manipuler pour par exemple lui procurer des soins, il faut le faire pendant la journée, là ou son agressivité est moindre.

La température entre le printemps et l'été est maintenue de jour à 30°c avec un point chaud sous un spot de 60 watts à 33°c, ramenée la nuit entre 22° et 24°c. Quant à la température d'hiver, celle-ci est de 25° à 27°c (le spot étant coupé), ramenée la nuit entre 18° et 20°c.

La nourriture distribuée au crépuscule et déposée sur le sol est constituée de souris puis de jeunes rats pour les plus gros boïgas. La nourriture étant présentée morte.

Vers le mois d'avril, je dispose dans le fond du terrarium une boîte avec une ouverture laissant juste entrer le serpent, à l'intérieur de laquelle je mets une petite couche de vermiculite humide. Quelques temps après, des œufs au nombre pouvant varier de 4 à 8 sont pondus. Nonante jours plus tard c'est l'éclosion, et là le problème commence, en effet, bien souvent, il faut aider les jeunes à percer la coquille si on ne veut pas avoir de pertes dans les nouveau-nés. Et malgré cela on constatera pas mal de morts nés ou difformes. Les jeunes viables mesurent de 30 à 40 centimètres. Leur coloration est la même que celle des parents mais en plus clair. Ils seront installés séparément dans de petits terrariums de 30x20x20 cm (hauteur x largeur x profondeur) avec des branches servant de perchoir et recouvertes de feuillage ainsi qu'une cachette et un bol d'eau. Une à deux petites pulvérisations journellement afin de maintenir une hygrométrie élevée (80%). Une fois la première mue terminée, je vais proposer de petits lézards (bébés geckos léopard dont je fais l'élevage) qu'ils consommeront sans trop de difficultés. Ceux qui refuseront de manger, seront gavés de queue de souris adulte trempée dans du jaune d'oeuf. Puis on passera aux souriceaux. A cet âge et durant la première année ils seront calmes et pourront même être manipulés sans crochet de manutention, après, on commencera à les soulever au crochet car le caractère changera et ils deviendront de plus en plus agressifs la nuit. Petite précision : la nourriture des jeunes pose souvent problème donc le gavage est ici bien utile si on ne possède pas de petits lézards sous la main.

La venimosité :  Cette couleuvre est opistoglyphe, c'est-à-dire qu'elle possède deux crochets sillonnés dans le fond de sa mâchoire. Pour que le venin arrive, il faut que le serpent une fois mordu sa victime mastique afin de faire venir le venin. En général, il faut compter une quinzaine de secondes.

Son venin provoque une rougeur à l'endroit de la blessure pouvant amener à une nécrose locale, ptosis, maux de tête, petite douleur. Le venin n'est pas considéré comme mortel pour un homme, là ou il faut faire attention c'est avec un enfant ou une personne âgée. Toute fois, de graves nécroses purulentes peuvent faire leurs apparitions si le venin a réussit à être en contact avec les tissus, donc la prudence est de mise.

Si l'on est mordu par un Boiga adulte et que le serpent tient fermement, la meilleur façon de le faire lâcher prise c'est de passer sa tête sous un robinet d'eau froide.

 

Flandroit Patrik